Le livre papier a une fonction sociale

Pourquoi le livre papier a une fonction sociale que les tablettes et liseuses n’ont pas ?

livre papier digital

Quand on a la chance de pouvoir partir en vacances, pour se détendre et se reposer, il n’est plus rare de voir sur les plages des hommes et des femmes assis sur un transat ou allongés sur une serviette de bain en train de lire un livre.

Il en est de même dans les transports en commun : nous sommes nombreux à lire des livres ou à consulter des documents numériques durant nos trajets du quotidien.

Mais pas sur n’importe quel support. Sur une tablette ou une liseuse…

 

Les tablettes et liseuses, des supports personnels attrayants

Très pratiques, ces dernières embarquent une véritable flottille de romans, de documents téléchargés en tous genres, de services connectés et autres aides numériques à la compréhension des textes intégrés.

Ces objets sont très séduisants, pratiques, légers. Ils se glissent facilement dans un sac ou une grande poche.

Assis ou allongé, vous êtes pris par le scénario d’un roman à suspens.

Avec votre doigts, vous touchez l’écran tactile de votre liseuse pour accéder à la page suivante de votre ebook pour ne rien manquer du scénario haletant qui capte votre attention depuis de longues minutes.

Une amie vous rejoint.

Vous ne manquez pas de lui raconter l’histoire palpitante que vous êtes en train de lire. Celle-ci aimerait bien vous emprunter votre liseuse pour pouvoir à son tour dévorer ce fameux roman.

Mais voilà…

 

Une liseuse, une tablette, un ebook… en principe, ça ne se prête pas.

Derrière cette évidence, c’est toute la fonction sociale du livre au format papier qui fait toute la différence et qui témoigne de sa force à travers sa matérialité.

Un roman imprimé sur du papier, ça se prête aisément.
Quand on a fini de le lire, il est possible de le prêter à autrui, de l’échanger, de s’en séparer quelques jours ou quelques semaines avant qu’il vous soit rendu.

A contrario, il est presque impossible de prêter vos supports de lecture électroniques à autrui.

D’une part, parce qu’ils intègrent une multitude de fichiers dont vous ne pouvez plus vous passer, tel un smartphone embarquant toutes vos applications digitales au quotidien. D’autre part, parce que cela ne vous viendrez pas naturellement à l’esprit de les prêter à l’une de vos connaissances pour une durée prolongée.

En tant que fichier immatériel, un ebook possède généralement plusieurs formats et des droits d’accès limités par l'(in)interopérabilité des fameux DRM (Digital Rights Management) destinés à contrôler l’utilisation qui est faite des œuvres numériques. Pour y accéder en lecture, l’ebook a besoin d’être chargé dans une application de lecture native qui elle-même, est adossée à un système d’exploitation. Sans compter une batterie à charger, reliée à un câble de charge, lui-même dépendant d’un adaptateur secteur / USB pour faire fonctionner la liseuse ou la tablette.

 

La fonction sociale essentielle du livre papier

Le livre papier continue d’être le produit culturel préféré des Français.

Plus un livre papier circule entre les mains des individus et plus il est lu, relu, prêté, acheté, offert… ce qui n’est généralement pas le cas pour une tablette ou d’une liseuse.

Selon une enquête récente de l’Institut GFK, rappelons tout de même qu’en 2017, 90% des jeunes déclarent lire des livres dans le cadre de leur étude et 75% soulignent leur intérêt pour le livre papier dans le cadre de leurs loisirs.

Le livre papier joue ainsi un rôle prédominant dans nos échanges et notre accès général à la culture.

Continuons à lui réserver toute la place qu’il mérite aux côtés des supports de lecture numérique.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *