Montpellier : la pub dans le viseur

Depuis ces derniers jours, la célèbre place de la Comédie de Montpellier est le lieu privilégié pour faire sa promotion. Entre le marché de Noël et Coeur de Ville en Lumières, c’est l’endroit -et le moment- idéal pour faire sa publicité.

Vendredi dernier, notre rédaction a été alertée par des commerçants surpris par une publicité… étonnante : une large banderole accrochée sur la façade d’un immeuble dominant la place. Les commerçants ont jugé cette opération “assez dégradante pour l’image de Montpellier”, surtout sur la place incontournable du centre-ville.

Un arrêté pris ce lundi

La Ville de Montpellier, informée par notre rédaction a décidé de hausser le ton, dès ce lundi matin. La direction des usages et de la valorisation de l’espace public (DUVEP) de la Ville a pris un arrêté, avec une mise en demeure pour les  responsables d’enlever les banderoles et de s’acquitter d’une amende à hauteur de 204 euros par jour d’exposition.

4 jours payés pour la Comédie

Contactée par notre rédaction, la société concernée par cet affichage, qui ne communique pas sur le montant de l’opération, ne comprenait pas notre appel, puisque celle-ci aurait été démarchée par la régie publicitaire de l’hebdomadaire La Gazette de Montpellier et aurait même payée pour quatre jours d’affichage… À titre de repère, les espaces publicitaires situés sur la station de tramway de la Comédie sont proposés pour plusieurs milliers d’euros par semaine.

Innovation : De la réalité augmentée

A l’occasion du Word Electronics Forum et de la Connected Week qui se déroulent cette semaine à Angers (49), la société Kéolis qui gère l’unique ligne de tramway de la ville, vient d’équiper une rame de vidéo-projecteurs permettant de diffuser du contenu sur les vitres en fonction de la position du tram, en superposition du paysage. Une première en France.

 

La présentation du premier écran ce matin, par AEon Création (Photo Keolis)

La présentation du premier écran ce matin, par AEon Création (Photo Keolis)

Le principe est assez simple. Des boitiers informatiques reliés à un système de navigation GPS permettent de projeter sur des vitres revêtues d’un film  micro perforé, grâce à un vidéo projecteur dissimulé dans le toit, des contenus en fonction de la position de la rame.  Les passagers peuvent  continuer voir à travers la micro perforation.

« D’autre trams, comme celui de Bordeaux, diffusent déjà du contenu contextualisé, mais sur des écrans LCD ou plasma installés dans les rames. Le fait de projeter directement sur les vitres est une véritable première en France, car cela offre d’autres possibilités », confie Matthieu Lecoq, chargé de communication chez Keolis Angers.

Le gestionnaire du tramway travaille avec la société  angevine « Æon Création  » .  «  Ensemble nous réfléchissons à des contenus adaptés : par exemple la projection d’images d’archives lorsque la rame passe au Ralliement, ou bien des images des projets à venir deux arrêts plus loin  ».

Des images de projet de rénovation d’un quartier pourront ainsi se superposer aux images actuelles, créant une impression de réalité augmentée.  Les possibilités sont multiples avec des projections animées notamment lors des événements culturels organisés en période estivale dans le centre-ville.

« Grâce à une balise GPS, l’ordinateur est capable de projeter la vidéo au bon moment, de façon « intelligente » avec l’environnement » poursuit Matthieu Lecoq.

Installée uniquement dans la rame 1004, ce procédé pourra être étendu à d’autres rames, si l’expérience se révèle concluante. Pour Angers Loire Métropole et Keolis, l’idée est de faire de cette innovation un outil de promotion du territoire.

 

Vidéo Æon Création Angers